OpenRGB – Installer des Plug-Ins

Dans un article précédent, on a présenté OpenRGB, fameux logiciel pour gérer les LEDs présentes dans sa machine. Cependant, il est aussi possible d’étendre les fonctions déjà fort sympathiques de notre nouveau copain lumineux.

En effet, pourquoi se contenter de couleurs unies quand on peut rendre jaloux la Mairie de Paris et leur tour Eiffel avec ses lumières avec notre sac à puces (le métallique ou plastique qui chauffe, pas celui qui ronfle à tes pieds)?

Attention : Nous allons utiliser ici des logiciels en cours de développement. Bien que je n’ai rencontré aucun souci de mon côté, je ne suis en aucun cas responsable de fausses manips qui enverraient une machine sur une lune de Saturne, de machines refusant de s’allumer comme un bulldog refusant une promenade dehors par -10°C, ou autres ennuis fâcheux

Tout d’abord, il faudra changer sa version d’OpenRGB. En effet, à l’heure où j’écris ces lignes, certains plugins fonctionnent qu’avec une version « pipeline » d’OpenRGB. Avant tout, il faudra désinstaller l’installation actuelle.
On récupère sur le site officiel la nouvelle, tout en bas, on a plusieurs liens.

On récupère la version Pipeline correspondante à notre système, et on la démarre une 1re fois si cela n’a pas déjà été fait afin de créer/mettre à jour le dossier et les fichiers de configuration.

Il existe actuellement plusieurs plugins supportés présentés sur la page gitlab du projet

  • Le reciever E1.31 apporte le support de contrôleurs du même nom
  • Le moteur a effet va apporter différentes animations d’éclairage ainsi que des gestions interactives son/écran-Lumières
  • Le Visual Map permet de faire des ensembles de périphériques ou des sous périphériques, afin d’ajuster au mieux son setup
  • Le scheduleur activera des effets prédéfinis à des heures ou laps de temps choisis
  • Le plugin pour skins…. apporte la possibilité de personnaliser l’interface d’OpenRGB
  • Le Hardware Sync permet de faire modifier l’éclairage suivant la température d’une pièce ou sonde choisie

Pour cet exemple, on va installer le moteur a effets (engine effects). Plugin fort sympathique qui apportera une touche immense de personnalisation à OpenRGB.

On clique donc sur le lien gitlab du plugin que l’on souhaite

On se rend plus bas, là où des liens de téléchargement sont proposés :

On installe la dépendance libopenal demandée via son gestionnaire de paquets favoris, puis on clique sur le lien « linux pipeline » du petit 1.

On télécharge le fichier, et on l’ouvre. On se retrouve donc avec une archive avec un fichier .so si tout s’est bien passé

Il suffira ensuite de décompresser le fichier dans /home/tonutilisateur/.config/OpenRGB/plugins (attention, dossier caché, active l’affichage des fichiers cachés dans l’explorateur)

Si OpenRGB est actif, on le ferme et on le redémarre. Si tout s’est bien passé, un onglet « effects » va apparaitre dans l’interface

« This is where the fun begins » comme dirait un chevalier Jedi ayant mal tourné

Petit tuto d’utilisation rapide. On peut définir plusieurs effets (sur le menu à gauche et en appuyant sur le bouton + pour l’ajouter) et l’attribuer à différents périphériques (sur la droite).

On peut définir plusieurs effets pour différents périphériques mais on ne pourra pas attribuer deux effets à un périphérique. Si on veut synchroniser le tout, le bouton (de)select all va tout cocher.

Une fois l’association périphérique/effet faite, et les réglages de l’effet quand il y en a, on sélectionne le nombre de FPS. La c’est comme dans les jeux, plus y’en a, plus l’animation est fluide. En revanche, attention certains périphériques ont du mal avec des valeurs élevées et peuvent se mettre à dysfonctionner. Le bouton Preview affichera l’animation sur une matrice prédéfinie afin de se donner une idée du visuel de l’effet.

Une fois tout les réglages effectués, on appuie sur Start et vous voila proprio de la Linux Battlestation la plus sexy du coin !

1 throught on "OpenRGB – Installer des Plug-Ins"

  1. Ah super tout ça, je vais attendre que ce soit dispo dans la version stable.
    Je ne suis pas expert donc je ne voudrai pas faire de connerie sans réussir à réparer la chose.

    En tout cas merci, c’est une belle trouvaille et on va suivre l’avancement de ce projet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.